Brigitte SCHACHER
Artiste-peintre


Découvrir l'œuvre picturale de Brigitte Schacher, s'apparente à cette expérience fascinante : la contemplation d'une photographie apparaissant dans le bain du révélateur.
Nos yeux discernent les couleurs, les formes, les mouvements de cette peinture mais notre âme, simultanément, comprends qu'un peu de temps sera nécessaire pour en saisir la face indicible.
Délimiter inlassablement la frontière entre l'ombre et la lumière, exprimer la matière et l'esprit... voilà ce que je ressens devant ces toiles.
Brigitte Schacher ne pose pas ses couleurs, elle les libère avec la secrète attente de les voir danser.
Voilà une artiste qui ne se laisse pas arrêter par les limites du format. Son pinceau initie des mouvements destinés à dépasser la surface rigoureuse de la composition. Ce faisant, Brigitte Schacher nous invite à considérer sa peinture non comme une arrivée mais bien comme un départ !

Patrick Piccinelli

Reflet d’un cheminement

Née à Thoune en 1958, Brigitte Schacher est arrivée à Yverdon-les-Bains à l’âge de quatre ans. Depuis, la cité thermale du Nord vaudois abrite toujours son nid familial. Depuis sa petite enfance, crayons et papier sont ses compagnons, de dessins d'enfant à ceux de dessinatrice en bâtiment. Les diverses rencontres, à commencer par son maître d'apprentissage, qui lui enseigne la technique du fusain à main levée, celle d'un architecte peintre, qui lui fait découvrir la peinture à l'huile, et l'intérêt, toujours croissant pour les diverses techniques, la guide vers l'aquarelle, " un jeu d'eau et de couleurs ", qu'elle apprivoise en suivant des cours, idem pour les techniques mixtes : plâtre, collage, acrylique, huile, encre de chine de couleur.
Un parcours qu'elle partage à travers ses toiles qu'elle travaille, au sens propre et figuré, frotte, gratte, joue avec les reliefs. Pinceaux, éponge, doigts… servent d'outils à l’artiste qui « joue avec sa peinture ». Très active, propulsée par un bel enthousiasme, Brigitte travaille sur plusieurs tableaux en même temps avant de les reprendre, un par un, en tête-à-tête.
De ce travail " inspiré " naissent des tableaux lumineux, où lignes droites et cercles associés aux couleurs, pigments, et matériaux divers, dont un papier de sa fabrication, accrochent le regard.

Pour sa 15
e exposition, Brigitte nous invite à une « Balade urbaine » à travers New-York, ville de tous les paradoxes qu’elle nous dévoile dans un climat d’ambiance aux tons pastels, tantôt sous un ciel bleu d’une intense luminosité, tantôt sous la grisaille d’un lendemain de pluie. Reflets de sa fascination pour l’architecture, une trentaine de tableaux nous plongent avec force et sensibilité, fantaisie aussi, dans un monde vertigineux. Entre perspectives et structures, mesure et démesure, « Balade urbaine » offre une dimension humaine que l’on découvre au gré des toiles exposées à commencer par « Le port » tout en contraste entre effervescence et contemplation, gigantisme et petitesse. Insolite en ce décor, « Les vélos » qui nous surprennent joyeusement. En passant par le « quartier des fonderies » on ressent la chaleur brûlante des anciennes et l’on reste ébahi face aux nouvelles, éclatantes comme un hymne à la vie. Devant « Central Park », on ne peut que s’asseoir et contempler ce mariage entre architecture et poésie, entre tableau et icône.
Invisible, l’homme n’en est pas moins présent, révélé par un faisceau lumineux, une dimension spirituelle que l’artiste, avec beaucoup de sensibilité, perçoit au-delà du fer et du béton, des richesses et de la misère. En aparté, deux œuvres, deux « tours » en trois dimensions, questionnent le badaud.

Martine Siegert